De la nécessité de méditer...

May 27, 2017

 ... Quand on est enfant !

Le cerveau non fini n'empêche pas la pensée infini. Le défi d'un enfant est d'appréhender un monde tellement cérébral avec un outil incomplet et physiologiquement immature. 

Nous avons vu que tous les enfants naissent HP, que leur instinct de survie et l'impérieuse nécessité de conformation au modèle culturel environnant réduit le champs d'application de sa structure cognitive. Les enfants se retrouvent ainsi à devoir gérer des situations plus ou moins complexes avec les perturbations émotionnelles qui vont avec. Ils doivent en plus gérer l'écart chaque jour grandissant entre leur penchant naturel et les propositions plus ou moins pressantes de leurs figures parentales. Dans un langage plus psychologue, ils doivent composer et bien souvent arbitrer entre leur autonomie psychique et leur dépendance physologique.

L'école est le lieu principal ou se joue l'apprentissage de la vie sociale autant que le développement intellectuel et psychomoteur. Ce troisième millénaire est le théâtre d'avancées technologiques et de mutations sociales tellement rapides que les parents sont moins réactifs que leurs propres enfants certainement du fait de la rigidité cognitive des premiers. L'émergence de la génération Z avec tous les hiatus qu'elle implique en est la parfaite illustration.

Face à cet imbroglio macro social et l'écheveau des situations micro sociales, il n'est nul besoin à mon sens de partir dans des théories et expérimentations aussi hasardeuses que dangereuses réservées à des élites qui sont certainement les seules à les comprendre ou pouvoir les faire appliquer. Encore que. En tous cas les limites de tels modèles sont vite atteints.

Dans le cadre familial, sans contester les travaux d'auteurs connus, il m'apparait plus simple, plus efficient, plus pratique et plus efficace de pratiquer la méditation. 

La méditation est une démarche visant à se mettre état de conscience modifié. Faite en conscience, elle relève d'une alternative neuroergonomique.

Plus simplement elle permet :

- D'éviter le burn out scolaire

- De calmer les angoisses et autres perturbations émotionnelles 

- De s'ouvrir à des alternatives nouvelles face à des situations complexes

- De favoriser l'assimilation d'apports pédagogiques 

- D'optimiser l'apprentissage et le développement psychomoteur

- De quitter des schémas préétablis et préjudiciables

- De faire le tri entre les informations utiles et les relatives

- De développer son intuition

La liste n'est pas exhaustive, loin s'en faut.

L'intérêt d'un atelier est de sortir l'enfant et son parent de leur quotidien avec ses repères habituelles pour vivre une expérience qui pourrait par la suite être reproduite dans l'univers domestique.

 

La vidéo ci-dessous vous décrit le déroulement de ces ateliers.

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles Récents
Please reload

© 2017 Roméo COURNAL

contact@romeocournal.com