Épigénétique, quand tu nous tiens !

August 27, 2019

La sagesse créole nous rappelle qu'à trop fréquenter les chiens nous nous exposons aux puces.

L'une des expressions favorites de ma mère était : Dis moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es.

Mon frère lui, répète encore à l'envi que les aigles ne volent pas avec les pigeons.

Il est assez surprenant de constater que pour peu qu'il soit quasi impossible de trouver quelqu'un qui ne soit pas d'accord avec cette affirmation, le nombre des personnes qui l'appliquent concrètement dans tous leurs domaines de vie est étrangement faible.

Il n'est bien sûr nullement question d'ostracisme, l'effet serait alors inversé. Souvenez vous de l'article précédent "De qui sommes-nous les esclaves ?". Bien loin de là, il s'agit de façon pratique de gérer le temps passé avec autrui ainsi que les sujets de discussion et d'échange abordé avec lui.

J'ai bien conscience que pour renoncer à aborder un sujet qui fâche avec un parents ou un proche, il convient d'abandonner au préalable toute velléité de convaincre, toute volonté d'avoir raison. Il convient d'être à l'aise avec l'idée que son projet ou son point de vue est aussi stupide que souhaitable, aussi dangereux que bénéfique. J'ai aussi conscience que le niveau global de maturité dans les sociétés occidentales n'a pas encore atteint la hauteur suffisante pour que cela ne soit même plus un sujet. Je pense malgré tout que nous sommes en chemin.

Quoiqu'il en soit, il est impératif de garder à l'esprit que si le simple fait de côtoyer certaines personnes ne garantie pas le plein succès de nos projets, le simple fait de ne pas les côtoyer peut nous en garantir l'échec.

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles Récents
Please reload

© 2017 Roméo COURNAL

contact@romeocournal.com