Faut-il divorcer ?

November 5, 2017

Quand il a des enfants en jeu, les couples candidats à la séparation disposent de deux grands moyens de desservir les intérêts de leur progéniture. Force est de constater qu'ils ne s'en privent pas. Le premier, très fréquent, consiste pour un conjoints de se servir de l'enfant pour faire pression sur la partie devenue adverse. Le second, beaucoup plus subtile, pas forcément plus rare mais moins démontrée, consiste à prendre pour prétexte l'enfant précisément pour ne pas en arriver à la rupture finale. Certains en arrivent même à procréer pour contraindre l'autre à tuer dans l'oeuf ses velléités de départ. Il y en a même qui brandissent fièrement comme le summum d'altruisme héroïque leurs décisions commune de protéger l'enfant non encore émancipé d'un divorce dont le traumatisme risque d'entacher son épanouissement futur.
Au-delà du fait que vous connaissez ma position sur l'altruisme comme paroxysme de l'égoïsme, je vous invite à considérer le côté malsain et dangereux de faire d'un enfant le seul ciment du couple.

Puisqu'il y a volonté de séparation, il y a souffrance, tout au moins incapacité à se réaliser voir à se respecter dans la relation. Pour peu bien entendu que chacun des époux soit ensemble dans cet optique. S'il y a sacrifice de Soi, il y a encore plus grande souffrance et cette souffrance est finalement du à l'enfant puisque s'il n'était pas là, la souffrance se serait arrêtée. Je vous laisse imaginer la culpabilité qui repose sur les frêles épaules d'un être encore trop jeune pour gérer de telles affres. Cette culpabilité se verra décuplée le jour où, puisque celui ci arrivera, le couple va effectivement vivre la séparation quelles qu'en soient les circonstances. À ce moment là l'enfant peut-être devenu adolescent ou jeune adulte pourra librement s'accuser d'avoir failli à sa mission principale qui était de sauver le couple de ses parents.
Vous l'ignorez peut-être mais le schéma inconscient qui en résulte est la croyance de ne pas suffire, de ne pas être assez. Ce schéma inconscient est présent dans la totalité des cas de relations toxiques. Souvenez-vous de mes écrits sur les pervers narcissiques. Ces derniers entretiennent une névrose profonde liée à cette croyance de ne pas être assez. Pour soigner (soi nier) et donc entretenir cette blessure, notre PN aura besoin de se rassurer en s'attribuant le mérite et la responsabilités des ressources qui appartiennent à son complice, celui-la même que l'on nomme victime, qui lui de son côté refuse, réfute la propriété des dites ressources. Il en profitera pour accuser cette même victime de ne pas elle même être assez.  Vous comprenez par ailleurs que la victime complice en dispose généralement d'un très grand nombre ressources proportionnelles à la névrose de son complice bourreau.  C'est ce grand nombre de ressources qui vaut à la victime et néanmoins complice son appellation de Haut Potentiel.

La vidéo ci-dessous vous donnera un autre angle de ce mensonge faussement inconscient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles Récents
Please reload

© 2017 Roméo COURNAL

contact@romeocournal.com