Les artistes ont-il une âme ?

March 9, 2018

Il est toujours effarant de voir à quel point un pays dont la seule véritable richesse, la principale ressource propre est la culture, peut s'ingénier à déconsidérer ses artistes. Le statut d'un artiste n'est pas tant dans sa représentativité administrative que dans la place qu'il occupe dans l'inconscient collectif.

J'ai coutume de commencer les cours auprès de mes étudiants en métiers de la culture de donner un exemple révélateur. Celui d'un ancien premier ministre qui coupe les vivres de  sa fille au motif qu'elle embrasse la carrière d'actrice et va se former dans l'une des meilleure école mondiale. Je vous laisse imaginer la politique culturelle du pays. Enfermée dans sa folie prométhéenne une grande partie de la civilisation contemporaine renie l'artiste au prétexte de sa non utilité au progrès, sa faible performance en tant que facteur de production. Nous sommes bien loin de l'époque où les scientifiques et la politiques était aussi des artistes et des initiés. Et pas des moindres. Faut-il être neuroscientifique pour comprendre le pourquoi du comment de la chose ? Comment aurait été considérés aujourd'hui, Thalès, Pythagore et autre De Vinci s'il étaient vivants de nos jours. Le "siècle des lumières" était-il si lumineux que cela pour l'épanouissement de l'humain, pour éclairer la route des âmes ?

Le matérialisme et le rationalisme de Descartes et autre Newton n'ont ils pas simplement oublié l'Homme ? 

Le mythe du progrès n'est-il pas responsable des manifestations de plus en plus grande de ce que l'humain a de plus vil ? 

Si l'artiste ne vient pas rappeler la "poétique de la relation" qui pourra empêcher sa mise en équation ?

La toxicité relationnelle est devenu tellement courante qu'elle en parait la norme. Elle est même souhaitable pour certains. Dire que le métier d'artiste est "toujours un plan B", la suite d'un échec c'est dire qu'il n'est pas naturel d'être artiste qu'il n'existe pas au départ d'âme d'artiste.

Toute proportion gardée, ce n'est pas sans me rappeler la controverse de Valladolid, ce temps ou l'on débattait en hauts lieux de l'humanité des uns ou des autres furent-ils noirs ou indigènes, du simple fait de leur différence avec les seuls critères physiologiques et socioculturel connus et reconnus de la "civilisation" blanche caucasienne. Artist is the new black ???

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles Récents
Please reload

© 2017 Roméo COURNAL

contact@romeocournal.com