Pratique de la résilience...

May 23, 2019

... Ou comment faire "de ses ennemis le marchepied de son trône"?

À l'heure où nos amis chrétiens quittent la période de carême et où nos amis musulmans entame le mois de ramadan, je choisis de reprendre une expression des livres sacrés. Le psalmiste promet de faire "de tes ennemis le marchepied de ton trône". Bien entendu les plus belliqueux y voient là comme une autorisation donnée et même un devoir de se débarrasser manu militari des mécréants. Nous irons bien sûr un peu plus loin.

L'intérêt de l'adversité réside dans les ressources qu'elle nous forcent à développer et que nous n'aurions pas soupçonner en nous dans d'autres conditions.

Par ailleurs c'est souvent avec du recul quand on en est sorti que l'on se dit que finalement la situation que nous exécrions tant était finalement une opportunité. Pourquoi ne pas se le dire dès le départ ?

Rappelons que la différence entre un événement et une expérience est l'émotion que nous y mettons. Rappelons également que la liberté d'un point de vue purement neuroscientifique est la capacité de choisir sa réponse émotionnelle.

Je terminerai en revenant sur une remarque à l'inverse. Après s'être sorti de relation difficiles certains trouvent de bon ton de "remercier" celui ou celle qui peu de temps avant passait pour le pire des bourreaux. Une telle dérive, et je pèse mes mots, me fait dire que ces personnes n'ont pas encore pris la responsabilité de leur vécu et donc de leur propre résilience. 

Certes, l'adversité a permis un véritable éveil à Soi mais cet éveil est du seul fait de celui qui s'éveille et pas de l'ennemi qui a forcé à cet éveil.

Je dis ça, je dis rien !

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles Récents
Please reload

© 2017 Roméo COURNAL

contact@romeocournal.com